807 rue Baker, Nelson, C.-B., V1L 4J8
250-352-3516
direction@afko.ca

Un premier album pour le jeune rappeur Feel Lemon

Par Marie-Paule BERTHIAUME, janvier 2022

Philémon Hétu, alias Feel Lemon, est né à Maria au Québec et réside à Nelson avec sa famille depuis son tout jeune âge. L’auteur-compositeur-interprète de dix ans a autoproduit un album francophone de rap, lancé sur Bandlab le 11 novembre 2021. 

L’artiste, qui s’amuse avec les jeux de mots, annonce ses couleurs dans sa chanson «Limonade». «C’est une chanson drôle! Je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça mais ça me tentait. Je parle de moi, je me présente avec humour», explique l’amateur de citrons

En visite sur la «Planète Rap»

C’est en découvrant le duo de rappeurs «Bigflo et Oli» à l’âge de six ans que Feel Lemon s’initie au rap. «Je me suis vraiment intéressé [à ce genre musical] en deuxième année, à sept ans», indique le jeune mélomane sans formation musicale.

Philémon Hétu plonge donc tête première dans l’univers du rap à neuf ans après avoir écrit «Rap Game», la première chanson de son album. D’abord aidé par son frère pour les mélodies, il décide ensuite de naviguer seul tel qu’en témoigne sa chanson «J’ai pas besoin de vous».

«Je suis un rappeur qui veut faire ça en solo, en tous cas pour l’instant. Je ne suis pas un rappeur pour qui c’est toute sa vie. Je n’ai besoin de personne pour m’aider, je suis capable de faire ça tout seul», affirme celui qui utilise le site Bandlab pour créer, enregistrer et partager ses chansons.

La réalité d'un rappeur anormal

Feel Lemon explique que bien qu’il n’y ait «Pas de limite» à ce qu’il puisse accomplir, il reste tout de même un enfant. «Je ne représente pas ce que la plupart des gens s’imaginent quand ils pensent à un rappeur», lance le jeune artiste qui dénonce la rigidité des stéréotypes associés au rap.

L’amitié occupe une grande importance dans le quotidien de l’écolier. «C’est l’fun tout ce qu’on peut faire avec ses amis. En ce moment, je suis en train de tourner un vidéoclip de la chanson «Les amis» avec eux», révèle celui qui tarde à s’offrir en spectacle.

Les influences

Feel Lemon s’inspire principalement de rappeurs francophones – québécois et français – dont Sarahmée à qui il a envoyé une demande pour collaborer. «J’aime «Insolent» de Bigflo et Oli ou «Bienvenue dans ma vie» de Sarahmée. J’écoute aussi Fouki, Koriass et Alaclaire Ensemble», énumère le rappeur pour qui le français s’impose.

«Dans la vie en général, à l’école et à la maison, je parle presque toujours français. Ce serait bizarre et plus difficile de rapper en anglais. Peut-être qu’un jour j’essaierai. Pour l’instant, c’est juste plus naturel en français.»

Dans sa chanson «Je dépose mon crayon», Feel Lemon exprime sa passion pour le rap. «Je termine l’album, je n’ai plus beaucoup d’idées mais je n’ai pas fini de rapper», résume-t-il avec enthousiasme. 

Il le prouve certainement en commentant son premier «Freestyle», qui conclut l’album. «Je ne voulais pas écrire parce que je n’avais pas beaucoup d’idées. Ça me tentait quand même de rapper, je voulais enregistrer quelque chose. J’ai donc fait un freestyle. C’était difficile mais je vais continuer à me pratiquer à improviser sur un beat.»

Les proches de Philémon constituent pour l’instant son public principal. «Quand je sors une chanson ou un album, je l’envoie à ma famille, à mes grands-parents. Puis à l’école, mon ami a fait jouer l’album et toute ma classe l’a écouté», partage-t-il, reconnaissant de leur soutien.

Après avoir accordé sa première entrevue radiographique à l’animatrice Lyne Chartier de l’émission Méli Mélo sur Kootenay Co-op Radio le 26 novembre 2021 et sa première entrevue pour le présent article, Feel Lemon compte continuer à explorer les opportunités qui s’offrent à lui. 

«Le prochain album sera plus professionnel, je vais faire plus de rimes et essayer d’avoir un meilleur flow», conclut-il.

L’album est disponible sur bandlab.com/feel_lemon.

L’entrevue radiophonique pour Méli Mélo se trouve sur kootenaycoopradio.com/meli-melo.

Photo noire et blanche: crédit Slava Doval’s DanceFusion.

Photos couleurs: crédit Damien Hétu.